Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Avènement du Grand Monarque

L'Avènement du Grand Monarque

Révéler la Mission divine et royale de la France à travers les textes anciens.

Publié le par Rhonan de Bar
Publié dans : #MARTYRS DE FRANCE

 

 

 

 

A-Guerre-1870-1.jpg

 

Les canons à balles.

Les Martyrs de la France 1870-1871 par Jules Delmas.

 

 

Monsieur Delmas expose dans cet ouvrage "Martyrs de la France -1870-1871- les noms de personnages qui sont tombés au combat durant la guerre contre les Prussiens. Nous livrons ici quelques extraits, pour simplement nous souvenir que le sang de ces hommes est venu alimenter la terre sacrée de France. Ces hommes étaient pieux, leur volonté de combattre se faisait à l'image du Christ, jusqu'à l'ultime sacrifice, celui de leur vie.

Voici son introduction, suivrons quelques noms sortis de l'oubli.

 

 

Qu'est-ce qu'un chrétien?

 

 

Les révolutionnaires à la recherche d'une bourse, et, comme Erostrate à la recherche d'un nom, se sont associés pour arriver à leurs fins.

La religion les gênait. ils ont juré sa ruine ; Dieu les inquiétait, ils l'ont supprimé. Par leurs journaux et par leurs pamphlets tristement autorisés, ils ont prêché la croisade au rebours, fidèles aux préceptes de leur maître. « Mentons, mentons, disait Voltaire le Prussien, il en restera toujours quelque chose.

Sous l'appât perfide de leur devise : « Liberté, Egalité, Fraternité, » ils ont pris à l'hameçon la sottise humaine. Et les peuples ont renié la foi de leurs ancêtres!... Ils n'ont plus songé qu'aux jouissances de la bête !...

Aussi quand la patrie expirait sous les étreintes de fer d'un ennemi brutal, les fils de la France, que nos rois chrétiens conduisaient toujours à l'honneur, ne savaient plus que se dérober à la bataille.

Il y a eu des exceptions nombreuses, mais ces glorieuses exceptions ne se sont trouvées que chez les combattants sincèrement chrétiens.

Ceux-là seuls savent mourir, parce que leur vie n'est qu'une longue suite d'actes de dévouement, de sacrifice.

Le chrétien est le disciple du Christ, l'imitateur du Christ. Toujours soumis à la volonté divine, toujours résigné, il voit avec la même sérénité la tempête et le calme, les tourments et les joies : la lutte est sa vie, la souffrance est son souffle. Il n'a d'autre devise que celle de sainte Thérèse : « Souffrir et mourir, » Et quand la mort vient, il sourit, sous quelque aspect qu'elle se présente.

Parmi mes lecteurs, quelques-uns, peut-être, sont imbus des préjugés de l'ignorance; à ceux-là, je dirai ces paroles d'un officier de marine à un de ses amis : « Hé quoi ! vous ne connaissez notre religion que par les attaques, les vacarmes dont elle est l'objet, et cela vous suffit pour la juger ! Un homme intelligent et loyal, qui ne désire que la vérité, peut-il procéder aussi légèrement et condamner ce qu'il n'a pas sérieusement examiné ?»

 

 

Mr Jules Delmas.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog