Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Avènement du Grand Monarque

L'Avènement du Grand Monarque

Révéler la Mission divine et royale de la France à travers les textes anciens.

Publié le par Rhonan de Bar
Publié dans : #MAISONS NOBLES DE LORRAINE

PIECES JUSTIFICATIVES 

TROISIEME EXTRAIT.

 

 

Landrian

III. Lettres de grâce par le sieur  JEAN-FRANCISQUE DE LANDRIAN  Escuyer, du feu duc Charles, du XXIII mars mil cinq cent cinquante-huit.

 

« CHARLES, par la grâce de Dieu, duc de Calabre, Lorraine, Bar, etc.. Reçu avons l'humble supplication et requeste de nostre cher et bien amé JEHAN FRANCISQUE DE LANDRIAN Escuyer, demeurant à Urville, terre et baronie de Beaufremont, Bailliage de Saint-Mihiel, contenant... » Ici sont narrées au long les circonstances qui avaient amené la mort de Me Symon Vouriot, curé du dit lieu d'Urville, « homme rioteux et haineux... qui vouloit picque et querelle à tout du dit village et avec lequel on ne pouvoit vivre et demeurer en paix. » Le dimanche 3 octobre 1557, Jean-Francisque passant près de la fontaine, vint un démêlé entre des habitants et Simon Vouriot, auquel, après s'être informé du motif, il avait dit : « Vous estes pour ung curé, fort quereleux, noysif et mutin, vous dussiez procurer la paix et vous mettez la noyse. » Me Symon s'échauffa de plus belle, dit à son interlocuteur « qu'il en avait menty » et tirant « un grand couteau qu'il portoit ordinairement avec luy » en porta un coup à Jean-Francisque, qui fut blessé à la main et déchiré « en plusieurs points jusqu’à la chair, à l’endroit de l’estomac. »

Le mardi suivant, Me Symon Vouriot lui rappela publiquement leur rencontre et l'injuria de nouveau « desquelles paroles irrité, le suppliant qui est gentilhomme, homme de bien, et qui a toujours suivi et pratiqué les armes, tant en Italie que ailleurs où les affaires se sont présentées pour le service des princes, mu de colère de se veoir ainsy villipender par ung qui

n'éstoit de sa qualité, consultant que s'il étoit sceu en bonne compagnie avoir enduré telles choses et outraiges, elles luy pourroient retourner en grande honte et deshonneur, et ne se ozeroit jamais trouver auec Gentilshommes ses semblables qui auroient été » tira un coup d'arquebuse, «pensant seulement l'éspouvanter et non le blesser, » qui atteignit son provocateur, et lui fit une blessure dont il mourut le lendemain.

Jean Francisque « attendu « qu'il ne fut jamais atteint d'aulcun vilain acte ou reproche, fut vivement appuyé dans sa demande en rémission « par la prière et très-instante requête » des princesses soeurs du Duc, lequel déclara : « Quittons, remettons et abolyssons audit Jehan-Francisque de Landrian le cas de meurtre et homicide cy-dessus... et le remettons en sa bonne fâme et renommée en nos pays... »

A Cateau Cambresis, le jour du grand vendredy, 24e jour de mars, l'an de grâce 1558, avant Pasques.

 

Signé : CHARLES.

 

Sur le repli :

Par Monseigneur le Duc,

Signé : C. Cuytot.                           Registrata : Fournier.

 

 

Ce diplôme, cité dans des notes de famille et dans cette généalogie indique clairement l'extraction de Jean-Francisque de Landrian, sa qualité de Gentilhomme, et sa profession des armes, tant en Italie qu'ailleurs.

 

 

PIECES JUSTIFICATIVES 

QUATRIEME EXTRAIT

 

IV. Le Pape PIE V reconnait qu'il est de la Maison de Landriani.

 

 

LANDRIANE NOSTRA  FAMILIA plerique nobilissimis in ciuitatibus tum Italioe presentimque Mediolani et Urbini cum Gallia proeclarissimis oppidus, sociisque ac proecipue in provincia Rurgundioe auclo et amplificato distinctas esse stirpe et gentilitate statuis nostra agnilione magnificentius el gloriosus nobis autem ipsius gratus multo ac jucundus pra3clariusque esse constet, eoque et omnibus nostris latitis ceteris quam vita nobis prsedicanda et preeferenda gloriendaque optigerum maxime letandum et gloriosissimum et magnificentissimum esse censendum duximus, quod nuper nobilem ac magnificum juris utriusque doctorem Dominum Claudium, nobilissimi Domini Ludouici De Landriano, Scutiferi ac Domine de Champagnolot et primarise nobilissimoeque Domicella foeminaî Claudia de Malpas, fidelissima3 coniugis filium, suauiari et amplecti licuit, quam sano et litterarum a nostris ad suas maiores scriptarum testimonio plané est expressum, ita gentilitatem esse nostrum et exodem génère prognatum tandemque vebeti post licencio reuersum, ac diuinitus ad nos delegatum agnouimus et probabimus, eiusque presentia vehementer sumus latatis, et nos loetilia elatos ab aliis videri, et nostrum hoc gaudium omnibus perspectum atque omnino cognitum esse mirifico optamus, ipsumque nobilem Claudium prositemur et gloriamur nostroe Familioe, non solum nomine atque imaginibus nobilitatem proeseferre ac suslinere, sed meritis eliam augere, ac planae voce ipsum prostram aggnotionemsonante, atque effigie ac simulacro rem prorsùs notandoe Gentis Landrianoe in gloriaacvirtutesextanda anno jamcentesimo, atque et amplius ex Burgundia, in Italiam retulisse, et veteres nostroe Stirpis inicolos quosdam et semina primo aspectu nobis omnibus excitasse quamobrem omnes oratos atque exoratos velimus, et ipsum Dominum Claudium ac proeclaros eius, parentes, fratres et agnatos nostroe gentilitate, et eius ac Fratres nobis omnibus clarissimos esse, sibi plané persuadèrent atque omnino judicent, omnique officio ac studio fouet, et dignitales atque honores accessionibus in dies magis ornare ne desinam, illud enim spondemus et in nobis ipsis recepimus foré, et cuiusque vel a summis quibuscumque Regibus, Principibus, vel magistratibus in nostros Landrianos profecturi officii nunquàm pénétrât, nobisque omnibus id totum sic erit gratum quamquod gratissimum, nostram autem tantum hanc voluntatem ceteris deferri nostra quoque causa studio suis vehementiusque optamus, cuius sane testifficamus gratia perpetuum ubique judicium et argumentum ac testimonium esse cupimus, nostrum hanc scripturam cuiusque nostram manuscriptam et obsignatam sigillo addita scilicet inuictissimorum ac potentissimorum Imperatorum Maximiliani, Caroli et aliorum ob multa in Italioe a nostris proesita in eorum majestales officia liberalitate data aquila variisque coloribus atque imaginibus auclo, quod sane sigillum Burgundis et nostris commune esse volumus, eoque librarios seu tabelliones publicos et quos vocant notarios quoscumque rogamus ut quod non potest nobis non summe esse jucundum nostra, huiusmodi voluntatis, unum vel plura et ampla atque instrumenta cumscribant, subsignent nostra Landrianoe Familiis Burgundis Clarissimi Domini Ludouici supra scripsi, Domini Claudii palris nobilibus agnatus in oppido De Pesmis morantibus et presentem exibeant. Datum RomseIbus aprilis M. D. LXX, pontificatus verô sanctissimi nostiù Pii, Papa? quinti, anno quinto.

Ego, Josephus-Franciscus Landrianus, cornes, consiliarius Régis Maiestatis Catholica, at straticos ciuitatis Messinoe,pro eadem Maiestate Regia, et suprà confirmando, attestando, approbando, et declarando mea manu scripsi et sigilli proprii appensioni muneri jussi in fidem, Il comte De Landriani;

Ego Marcilius Landrianus, Dominus ac Cornescastri Vidigulfi, et sanctissimi Domini Papa utriusque signature refendarius mea manu scripsi et sigilli appensione munere jussi ut suprà certificando et confirmando.

At ergo quarum quidem litlerarum scriptum est : Magnificus Dominus Lelius, Jordanus aduocatus Romanus medio juramento regnouit subcriptiônês et personas retrô scriptorum Comitis Josephi-Francisci Landriani, et Reverendissimi Domini Marcilii Landriani, ulriusque signature sanctissimi nostri Papse Refendaria medio juramento tacto et pectcre more proelatorum recognouit litteras subscriptiones et personas Illustrissimi Comitis Josephi-Francisci Landriani, et ipsius R. P. V. Marcilii, proprias ac eorum sigilla capsulis stameis in cera rubra in forma.

(Vidimé sur la requête présentée au Parlement de Dôle, le 27 août 1591, par Pierre De Landriano, Docteur ès-droits.)  

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog