Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Avènement du Grand Monarque

L'Avènement du Grand Monarque

Révéler la Mission divine et royale de la France à travers les textes anciens.

Publié le par Rhonan de Bar
Publié dans : #CHÂTEAUX DE FRANCE.

 

chateau chantilly panoramique 1

CHÂTEAU DE CHANTILLY.

PAR LOUIS TARSOT.

 

DESCRIPTION


 Lorsqu'on arrive à Chantilly, les écuries frappent d'abord les regards, un peu au détriment du château. Leur immense façade, le pavillon central, avec sa coupole, son portique, son fronton aux superbes reliefs; la rotonde aux proportions romaines, appelleraient un monument comme le Louvre ou Versailles. L'intérieur du palais équestre est en tout digne du dehors.

 

Les-Palais-de-Fontainebleau--Chantilly._02-002.jpgGALERIE DES CERFS.


 C'est une énorme galerie voûtée, haute comme une cathédrale, coupée par un dôme massif sous lequel se dressent de riches trophées de chasse, puissamment sculptés dans la pierre et rehaussés de couleurs d'un effet original.

Des bassins, alimentés par des eaux jaillissantes, en garnissent la base. Cent soixante-dix chevaux peuvent s'aligner à l'aise dans les stalles ménagées sur deux rangs dans les deux ailes. La rotonde, dont nous avons parlé plus haut, forme un manège découvert peut-être unique au monde.

Vers l'extrémité des écuries, la pelouse des courses s'incline subitement jusqu'au canal, qui la sépare du château et du parc. Un pont jeté sur ce canal conduit à une grille flanquée de deux pavillons du dix-septième siècle. A gauche s'élèvent le Châtelet et le château neuf; à droite, sur une terrasse, le château d'Enghien; en face, une rampe en pente douce aboutit à une plate-forme au milieu de laquelle se dresse la statue du connétable Anne de Montmorency, par Paul Dubois.

Un pont relie cette plate-forme a l'entrée du château.

Cette entrée est formée d'une galerie à jour avec portique central surmonté d'un dôme, orné d'écussons, de vases et de lions sculptés. A gauche se dresse la chapelle, délicieux édifice inspiré par les monuments analogues du seizième siècle, couronné de fines plomberies dorées et d'une statue de saint Louis, et qui doit au château d'Ecouen ses merveilleux vitraux, son autel et ses délicates boiseries. Un cippe, placé derrière l'autel, renferme les coeurs des princes de Condé.

Au fond de la cour d'honneur, d'aspect très élégant, un vestibule conduit au grand escalier, de forme elliptique, dont la magnifique rampe en fer forgé, œuvre des frères Moreau, rappelle les meilleurs morceaux des maîtres français du siècle dernier. Par cet escalier on accède aux appartements du Châtelet, au salon des Chasses, à la bibliothèque, aux boudoirs décorés de peintures, souvent reproduites, représentant des scènes de genre, dont les rôles sont joués par des singes et des guenons, galamment costumés en marquis et en marquises. Viennent ensuite les appartements du duc d'Aumale et la belle galerie où le prince de Condé avait fait retracer ses hauts faits. C'est dans le Châtelet que se trouve le trophée de Rocroy, glorieux faisceau de drapeaux auquel le duc d'Aumale a ménagé une place d'honneur.

En haut du grand escalier, un perron  intérieur donne accès dans la galerie des Cerfs, tendue de tapisseries des Gobelins qui reproduisent la série des chasses de l'empereur Maximilien. Baudry a peint dans cette galerie quelques dessus de portes et un remarquable saint Hubert. C'est encore à Baudry que  l'on doit les compositions de la rotonde qui termine la galerie de peinture.

Une série de cinq salles renferme les trésors artistiques de Chantilly, tableaux, dessins et estampes. Il y a dans la collection des morceaux de premier ordre : deux Raphaël: la Vierge d' Orléans et les Trois Grâces; deux Poussin: le Massacre des Innocents et Thésée retrouvant le corps de son père. Signalons encore : le Songe de Vénus, par Antoine Carrache; les Foscari, de Delacroix, et la Stratonice, d'Ingres. Il faudrait citer tout le catalogue. C'est la plus belle collection particulière qui soit en France. Ne la quittons pas sans admirer les vitraux qui décorent la galerie de Psyché. Ils étaient autrefois au château d'Ecouen, et Raphaël en a dessiné les cartons. Les sujets sont tous empruntés à la fable de Psyché.

Revenons à la plate-forme du Connétable et descendons aux jardins par ces vastes escaliers ornés de niches, de statues et de vasques où l'eau ruisselle la nuit et le jour. Devant nous s'étend, avec ses blanches statues et ses bassins d'eau vive, le parterre, encadré de deux allées de platanes; plus loin, la pelouse du Vertugadin, dominée par une statue équestre du grand Condé. A gauche, le jardin anglais attire les promeneurs par ses vastes prairies coupée  de nappes d'eau et semées de grands arbres; à droite, l'enclos du Hameau présente un dédale de sentiers et de ruisseaux perdus dans le feuillage, au milieu duquel se cachent les chaumières d'un village d'opéra comique; le long de cet enclos, derrière le château d'Enghien, le parc de Sylvie ouvre ses allées aux parois rectilignes, taillées à même le taillis et tapissées d'une mousse épaisse, où des troupes de paons familiers laissent nonchalamment traîner leurs queues éblouissantes. Versailles seul, en France, surpasse cette harmonieuse agglomération de jardins, de bosquets et de parterres.

 Les-Palais-de-Fontainebleau--Chantilly._06.jpg

   CHATEAU DE LA REINE BLANCHE.


 Une vaste forêt enveloppe ce parc digne d'une maison royale. Elle est parfaitement aménagée pour la chasse et commode pour la promenade. Douze allées aboutissent au carrefour central. Tout auprès, au fond d'un étroit vallon dominé par de belles futaies de hêtres et de chênes et par le viaduc du chemin de fer, les étangs de Comelle étalent leur nappe sinueuse, coupée de chaussées aux talus verdoyants. Sur l'une de ces chaussées s'élève le château de la reine Blanche de Navarre, femme de Philippe de Valois. Ces étangs, ce château et les bois qui les enserrent forment un site fait à souhait pour le plaisir des yeux. Les grandes chasses s'encadrent à merveille dans ce décor romantique. Lorsqu'au temps du grand Condé Louis XIV courut le cerf au clair de lune, au bord des étangs de Comelle, ne dut-il pas garder de cette nuit un vif et charmant souvenir ?

 

FIN.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog