Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Avènement du Grand Monarque

L'Avènement du Grand Monarque

Révéler la Mission divine et royale de la France à travers les textes anciens.

Publié le par Rhonan de Bar
Publié dans : #ARCHEOLOGIE CHRETIENNE

L’ICONOGRAPHIE ANCIENNE DU CŒUR DE JÉSUS.

I. LES REPRÉSENTATIONS DU COEUR DE JÉSUS CHEZ LES ANCIENS CHARTREUX.— II. - LE CADRAN SOLAIRE DE MARIGNY-BRIZAY (VIENNE). COEUR ÉNIGMATIQUE DU MUSÉE DE CLUNY.

I- DOCUMENTS CARTHUSIENS.

Les pages qui vont suivre ne seront en réalité qu'un simple post-scriptum à mon article du mois dernier, relatif au « Marbre astronomique de la Chartreuse de Saint-Denis d'Orques » (Sarthe), qui est du XVIe siècle.

Ce document, d'une puissance de symbolisme et d'une portée qui ne me semblent pas pouvoir être dépassées, en même temps que d'une fort belle exécution matérielle, n'est pas le plus ancien témoignage artistique qui nous soit resté de la piété si vive que le glorieux Ordre de Saint Bruno eut pour le Coeur de Jésus-Christ, pendant les temps antérieurs à ce siècle dix-septième qui en vit consacrer officiellement par l’Église le culte liturgique.

A côté des ouvrages composés par ces célèbres Moines Chartreux si souvent cités : Rudolphe de Saxe, dès le XIVe siècle, et dans les deux qui suivirent, Dominique de Trêves, Denys-le-Chartreux et Lansperge qui manifestèrent si explicitement la pensée de leur Ordre à l'endroit du Coeur de Jésus, il nous plaît infiniment de trouver cette même ferveur d'adoration traduite par leurs frères du cloître dans des oeuvres artistiques contemporaines de leurs écrits : peintures, gravures ou sculptures, parce que, ces documents matériels en sont les commentaires les plus clairs et les « confirmations » les plus indiscutables.

Le fait que ces oeuvres d'art sont plus rares que les écrits s'explique de soi : les livres ont été tout d'abord fixés et multipliés par l'imprimerie, puis réédités plus ou moins souvent ; les documents matériels, eux, sont presque toujours uniques en leur aspect, même quand plusieurs d'entre eux interprètent le même sujet, et le temps, l'atmosphère, le feu, les hommes, tous les agents destructeurs se sont ligués pour les anéantir. Pour un qui nous reste, cinquante et plus, peut-être, ont disparu ; de là l'importance et le prix qu'ils ont dans le domaine de l'Histoire et de l'Archéologie sacrées.

C'est tout d'abord au berceau même de l'Ordre de saint Bruno, à la Grande-Chartreuse en Dauphiné, que nous trouvons

le premier des documents que nous allons étudier. En 1473, le feu détruisit une partie du grand monastère, et, sitôt après, les moines se mirent à réparer les ruines. Ce fut alors qu'on édifia le vieux cloître actuel et les Chefs de l'Ordre voulurent alors que la porte qui ouvrait sur ce cloître soit ornée, à son archivolte, de ce qu'on appelait alors les armoiries de Jésus-Christ, Roi éternel des âmes et de tout.

J'ai déjà dit, et j'aurai à le redire, qu'on désignait alors sous le nom d'Arma Christi, Armes de Jésus-Christ ou Blason de Dieu, la représentation sur un écusson des objets divers qui servirent dans la tragique Passion du Sauveur.  C'est le trophée de son triomphe. Sur celui de la Grande - Chartreuse, sculpté en 1474, que voyons-nous[1] ?

D'abord la Croix sur laquelle figure, seul le Coeur du Sauveur ; la pointe de la lance s'y enfonce de la moitié de la longueur de son fer. Pour les inspirateurs de ce blason le Coeur blessé résume donc ici tout le Crucifié; pour eux, comme dans la doctrine du R. P. Anizan « c'est tout Jésus ».

Le pied de la Croix plonge, non dans un tombeau comme on l'a dit à tort, mais dans ce qu'on appelait, à la fin du XVe siècle, la Fontaine de Vie, piscine où tous pécheurs peuvent efficacement laver leurs souillures dans le Sang purificateur et rédempteur du Christ. Même si la date de construction du cloître de la Grande Chartreuse, 1473-1474, ne nous était   pas par ailleurs connue, ce détail de la Fontaine de Vie suffirait à nous fixer Approximativement sur l'époque où fut sculpté le blason qui nous occupe.

Sur le bord de la dite Fontaine sont appuyés les clous qui ont perforé les canaux où coulait, dans les membres, le Sang divin, avant même que la lance en ouvrit la Source corporelle.

Le blason du cloître de la Grande-Chartreuse 1474.

Ailleurs, nous voyons les tenailles et le marteau, qui sont en relation d'idée avec les clous, puis les fouets et les verges de la flagellation, la couronne d'épines qui ceignit de douleur et de sang le front divin, l'éponge qui fut appuyée sur les lèvres du Supplicié, les dés des soldats qui jouèrent sa robe sans couture.

Le Chrisme à la lance. — Clef de voûte de la première chapelle de la Grande-Chartreuse— (1375.)

Enfin dans la partie chef de l'écusson, alignés en file horizontale, les trente dégoûtants deniers du faux ami qui vendit à leur prix sa promesse d'amour fidèle. Les Chartreux qui les ont rangés là comprirent, au mieux, le coup douloureux que la trahison de Judas porta au Coeur de Celui qui, « ayant aimé les siens, les aima jusqu'à la fin ». Et ces grands Moines auraient applaudi Papini quand il flagellait, l'Argent, le plus méprisable en effet des fumiers qui font fleurir les pires bassesses humaines, du nom d'« Excrément de Satan ».

— Bien que la représentation matérielle du Coeur de Jésus n'y figure pas, une autre sculpture très expressive avait été inspirée par la piété carthusienne envers la blessure du côté de Jésus, longtemps avant le blason que nous venons d'étudier C'est : un monogramme du nom de Jésus, particulier à l'ordre de saint Bruno et qui évoque, en même temps que son Nom, les souffrances du Rédempteur.

Le plus ancien exemple que nous en connaissions se trouve sur une clef de voûte de la première chapelle de la Grande-Chartreuse, datant de 1375 : Sur le champ d'un écusson que deux courroies de pierre relient à la moulure, nous lisons le nom de Jésus dans sa forme abrégée, IHS, en lettres gothiques ; mais la hampe de la lettre h forme la Croix, et la lance transperce la fin du nom sacré ; la fin, car la lance n'est intervenue dans le drame du Calvaire qu'après la Croix.

Sculpture du vieux cloître de la Grande-Chartreuse (1474.)

Au-dessous du monogramme, et partant de son milieu, une tige de chêne n'est sans cloute que l'emblème de la force puissante, et de l'efficace vertu du nom divin.

Et ce Chrisme à la lance fut sculpté à la Chartreuse trois ans avant la mort du chartreux Rudolphe de Saxe (1378), qui fut l'un des premiers à faire connaître, par ses écrits, la piété carthusienne à l'égard du Coeur du Sauveur. Pour lui, la blessure latérale de Jésus, c'est le coup jusqu'au Coeur, pour lui, comme plus tard pour cet autre chartreux, Lansperge, la blessure de la lance « n'est que la porte qui introduit dans le Coeur » : « Per illud vulnus, quasi per ostium in Cor introeatis », selon l'expression de ce dernier.

Ce monogramme si suggestif du Chrisme à la lance fut reproduit encore cent ans après, et plusieurs fois, dans l'ornementation de ce cloître de la Grande Chartreuse dont nous avons parlé, rebâti en 1474, après un incendie. Comme dans l'ancien modèle la lance y garde la position oblique qu'elle avait quand elle frappa le côté sacré.

— De la fin du XVe siècle aussi, doit-être datée la gravure sur bois, que j'ai reproduite, par le même procédé, dans Regnabit de décembre 1921 (p. 43), pour le très intéressant article du R. P. Anizan : A Paray, devant une vieille pierre. On y voit, tenu par deux anges, le Coeur de Jésus que le Père Eternel frappe d'une flèche ; au-dessous du Coeur blessé un Moine chartreux se tient à genoux et l'implore : « Miserere mei Deus ! » Est-il l'image de l'inspirateur ou de l'exécuteur de la gravure, ou bien symbolise-t-il tout son Ordre en prières ?

— A cette même époque, le Rhénan Lansperge revêtait l'habit des moines de saint Bruno. Avant de mourir en 1539, à la chartreuse de Cologne, il s'était fait, dans des livres d'une mystique très douce, l'apôtre de la piété envers la blessure du côté et du Coeur de Jésus, en même temps que le propagateur des images du Coeur vulnéré ; il était vraiment ainsi l'écho de sa famille monastique. « Placez, écrivait-il, dans les endroits où vous passez fréquemment, quelques images de le divin Cœur ou des Cinq-Plaies, elles vous rappelleront ainsi souvent d'élever jusqu'à- Dieu vos affections. »

Image gravée par les Chartreux de Cologne en 1535.

Ne serait-ce point pour appuyer ce conseil et en faciliter l'exécution qu'en 1535, quatre années avait la mort de Lansperge, les Chartreux de Cologne faisaient graver sur bois l'image que Peter Quentel reproduisit en 1595[2] ? (1). Sur ce bois, comme sur la pierre du blason de la Grande-Chartreuse, le Coeur percé par la lance, est posé sur le fut de la Croix, mais entouré de deux gloires dont la plus extérieure est cruciforme. Les clous sont à leur place normale dans le bois sacré, et, près d'eux, les mains et les pieds blessés sont entourés chacun d'une auréole de rayons glorieux.

Sur le point central de la croix, s'attache la couronne épineuse et, de chaque côté, se dressent la colonne de la flagellation, et l'éponge d'amertume.

C'est bien là l'image « du Coeur divin et des Cinq-Plaies », désirée et conseillée par Lansperge ; et c'est bien la répétition aussi du thème mis en honneur, en 1474, à l'archivolte du cloître de la Grande-Chartreuse française. Et de l'ensemble des documents que nous venons d'étudier, en cet article et dans celui qui l'a précédé, ne ressort-il pas que si, vers la fin du Moyen-âge et dans le siècle qui le suivit, les Chartreux de Rhénanie, notamment ceux de Colgne, ont été parmi les plus ardents propagateurs des images du Coeur de Jésus, ceux de France, du berceau même de l'Ordre en Dauphiné, d'où devaient partir pour toute la Famille monastique de saint Bruno les inspirations et les règles de piété, jusque dans les monastères d'Extrême-Occident,comme la Chartreuse de Saint-Denis d'Orques, en Maine, le Coeur de Jésus fut vraiment au premier plan de la vie spirituelle ou pour mieux dire II en fut la source, où tous puisèrent abondamment.

 

[1] J'ai grave les sculptures de la Grande Chartreuse étudiées en ces lignes» d'après des croquis communiqués par L. l'Abbé Lucien Buron, du clergé de Paris» le collaborateur très apprécié de Regnabit, et je le remercie respectueusement de sa grande obligeance. [2] cf. Regnabit Juillet. 1922. p. 18

II — LE CADRAN SOLAIRE DE MARIGNY-BRIZAY (Vienne).

J'ai dit, en parlant du marbre astronomique de la Chartreuse de Saint Denis d'Orques, que la recherche de l'époque qui l’a vu sculpter m'a conduit à l'examen d'un assez grand nombre de cadrans solaires datés, de la fin du XVIe siècle et de la première partie du XVIIe.

Parmi ces derniers, j'ai relevé, au Musée des Augustins, à Poitiers, qui appartient à la société des Antiquaires de l'Ouest, le dessin de celui qui donnait autrefois les heures au château de Marigny-Brizay (Vienne) et qui fut offert à la savante société poitevine, en 1918, par M. Cesbron, châtelain de Marigny.

C’est une plaque d'ardoise, à peu près carrée, de 37 centimètres de hauteur, datée 1637 ; elle porte, autour de la ligne graduée des heures, une ornementation qui procède de deux sources d'inspiration :

a) — En haut  une partie utilitaire et de nature astronomique et chronométrique.

b)— En bas, une partie afférente à la personnalité du possesseur premier du cadran et à ses sentiments religieux.

Examinons maintenant chacune de ces deux zones du cadran de Marigny :

a) — Le milieu de la première est occupé par le chronomètre solaire ; un coeur figure le soleil d'où partent des rayons dont Chez les anciens les extrémités aboutissent aux points des heures, sur une double courbe graduée dont les parties hautes prolongées donnneraient le tracé d'un ovale à large base.

D'un trou pratiqué au-dessus du médaillon elliptique où se trouve le coeur-soleil part une tige oblique qui se coude en angle au-dessus du coeur. (Je ne l'ai pas figurée sur la gravure pour ne pas embrouiller le dessin du médaillon central). C'est l'ombre du sommet angulaire de cette tige qui, projetée par le soleil, parcourait la ligne graduée et marquait ainsi les heures.

Trois anges indiquent les trois points cardinaux de l'horizon d'où nous vient quotidiennement la lumière solaire : l'Orient, le Midi, l'Occident. L'ange du Septentrion ne figure pas parce que le soleil ne visite jamais le point qu'il occupe ; à sa place se trouve l'écu familial de celui qui fit graver le cadran, en 1637.

L'ancien cadran solaire du château de Marigny-Brizay (Vienne) Musée des Antiquaires de l'Ouest - Poitiers.

Nous retrouvons ici la pratique chère aux vieux ornemanistes chrétiens de figurer les quatre points principaux de la Rose des Vents par des Anges, et l'origine du choix de ce motif est bien située tout à la base des temps chrétiens puisqu'elle part de ce verset de l'Apocalypse, écrit par saint Jean, aux environs de l'an 96 :

« Et je vis quatre anges debout aux quatre coins de la Terre, retenant les quatre vents du ciel pour qu'ils ne puissent souffler sur la Terre, sur la Mer, ni sur aucun des arbres de la Terre » (Ch, VII. v. I).

Ces anges, du reste, sont tout ce qui christianise— et combien peu — la partie chronométrique de ce cadran, lequel sous ce rapport reste loin de bien d'autres, tel par exemple celui c'e l'ancienne collection poitevine du Mlle de la Fayette, dont le Christ-Soleil occupe le centre et les douze Apôtres les points des heures[1].

De chaque côté du registre des heures, sur le cadran de Marigny, deux étoiles rappellent que le Temps règle aussi les conjonctions et les révolutions astrales, et symbolisent l'Espace.

b) — La zone relative au possesseur premier du cadran, de Marigny est très simple. Elle comporte seulement son blason et deux médaillons pieux ; seulement, alors que l'ornementation de la partie chronométrique part du spécialiste en gnomonique chargé d'exécuter sur l'ardoise le cadran horaire, celle de la partie inférieure est évidemment due aux sentiments propres à la personne qui l'a commandée pour sa demeure familiale.

Au milieu se trouve un écu d'armoiries que supportent deux lévriers. Je crois pouvoir reconnaître en cet écusson celui de la famille de la Lande[2], anoblie en 1594, et à laquelle l'Armorial des Maires de Poitiers, et les .héraldistes poitevins, attribuent un blason d'argent au chêne de simple sur un tertre du même, au chef d'azur chargé d'un croissant d'argent.

Sur le cadran qui nous occupe, celui qui portait cet écusson en 1637, le plaça donc comme l'emblème de sa race et de sa personne entre les protections célestes, ainsi sollicitées, des Coeurs de Jésus et de Marie, auxquels il consacrait par le même geste, les heures qui devaient régler la vie familiale en sa demeure. Et la portée d'une pareille pensée est déjà grande puisqu'elle remplit tout le cadre intime de la vie humaine.

Dans le médaillon de droite, côté de l'Orient, le Coeur de Jésus est marqué de son signe abréviatif IHS, composé des consonnes du Nom de IHESVS ; et la Croix le domine.

 Dans le médaillon occidental, à gauche, le Coeur de Marie porte son nom, réduit à -es deux premières lettres MA (ria). Au-dessus de lui un signe en S couché, dont la signification certaine reste problématique pour moi.

Ce signe en S qui eut divers sens très précis dans la symbolique des temps anciens et du Haut-Moyen-âge, a reçu depuis et conservé longtemps celui d'emblématiser le Serpent, image lui-même de Satan et du Mal — (Sur le monogramme du nom de Jésus, dit du roi Henri III, la lettre S. du sigle IHS se termine en ses deux extrémité par deux têtes de serpents)

Et ce sens est le seul qui me paraît acceptable ici, car le Serpent a toujours été, et reste, l'un des attributs iconographiques de la Vierge Marie en laquelle l'Eglise reconnaît cette femme prédite au Livre de la Genèse (chap. II, v. 15), qui eut mission d'écraser la tête du Serpent.

Ainsi donc la partie pieuse du cadran de Marigny nous apparaît, comme la consécration, pour ainsi dire, d'une famille aux Coeurs unis de Jésus et de Marie, dans la protection desquels son chef la place sous la figure de son blason c'est-à-dire de l'emblème de race qui la personnifie. Cela en 1637.

Ce qu'il est intéressant de noter encore, après les exemples que Regnabit en a déjà produit, c'est cette pénétration de l'idée du Sacré-Coeur et l'emploi spontané de son image à cette époque  dans les habitudes d'une vie familiale intime, ou nulle autorité ecclésiastique ne la pouvait imposer.

III.— COEUR ÉNIGMATIQUE DU XVIIIe SIÈCLE DU MUSÉE DE CLUNY.

Puisque le marbre de Saint Denis d'Orques et le cadran solaire de Marigny nous ont conduit dans le domaine de l'astronomie, j'ajoute ici quelques lignes sur un objet énigmatique dont un détail au moins, évoque aussi, en symbole ou plutôt en rébus, l'idée des espaces célestes, pris eux aussi du reste comme image du séjour bienheureux des Ames.

J'en dois à la si grande complaisance de M. l'abbé Lucien Buron une photographie parfaite d'après laquelle j'ai gravé fidèlement l'image incluse en ce texte.

C'est un coeur fait de bois ou d'une composition qui l'imite ; son pourtour presque circulaire est serti d'une armature de métal qui le soutient au-dessus du socle par un pied richement ouvragé. Au-dessus de lui s'érige la Croix que surmonte une petite sphère céleste. Le tout mesure 16 centimètres de hauteur. Cet objet, qui est de travail français, date du XVIe siècle.

Il appartient au Musée de Cluny, où il porte le N° 5031.

Sur le coeur même, deux grands A sont liés ensemble, et la croix que surmonte la sphère céleste est chargée de six L.

Nous sommes évidemment en présence d'un rébus en partie double que composent le Coeur, d'une part, et, de l'autre, ses attributs. Autour du socle une inscription nous donne le mot de la première partie du mystère :

-VNG CVEVR CRUCIFIE TIENT DEVLX AMYS ENSEMBLE

Un coeur crucifié tient (réunit) deux amis ensemble

Ce que symbolisent « deux A mis ensemble», sur le coeur où ils sont comme liés par le joug très doux de l'amitié.

Sur le cercle de métal qui contourne et encadre le cœur on lit ces autres mots :

CE N'EST QVE' VNG CVEVR ET VNE AME

Il est bien incontestable, vraiment, que cette inscription ne se rapporte pas au coeur matériel qu'elle entoure mais aux deux amis qu'il rassemble et qui ne font qu'un. C'est l'expression biblique qui se lit aux Actes des Apôtres, (Ch. IV, v. 32) où l'Auteur nous dit que l'union des premiers fidèles était telle qu'« ils n'avaient qu'un coeur et qu'une âme ».

Le revers du coeur porte, à l'oppose des deux A, un M qui paraît être l'initiale d'un prénom ou d'un patronyme, commun aux deux amis.

La seconde partie nous dit que cette union des deux amis doit aboutir au ciel, et c'est par là que le rébus se termine : Sur la Croix, la lettre L, répétée six fois, n'est que le hiéroglyphe du mot Ciel, soit : six L, qu'il faut lire : Ci-el, Et ce sens est encore précisé, tout en haut, par la petite sphère céleste du ciel astral, image du séjour bienheureux.

L'ensemble paraît donc pouvoir être interprété ainsi

- « Ung coeur crucifié tient deulx amys ensemble, au ciel,» ou : « pour le ciel ».

Il est bien évident que l'expression « coeur crucifié », nous conduit à considérer la Croix comme se dédoublant d'épaisseur, au sommet du coeur, l'entourant, et reprenant son unité jusque dans le fleuron qui réunit les rampants du support, au-dessus du socle.

Quand j'ai dit, en Regnabit de Janvier, parlant des premiers imprimeurs français, fin XVe siècle et XVIe, que, dans le choix de leurs motifs emblématiques les gens de cette époque sacrifiaient beaucoup, souvent beaucoup trop, au goût du compliqué, du mystérieux, de l'énigmatique, ai-je eu tort ?...

Maintenant, quel est ce coeur crucifié qui réunit ainsi deux amis au ciel, ou pour le ciel ?...

Deux opinions sont possibles :

L'une consiste à ne voir dans l'objet que nous présentons que l'emblème profane d'une amitié profane, bien que très pieuse, cimentée par une épreuve commune aux deux amis et qui, pour ainsi parler, les crucifie. Et c'est là une thèse qui peut être soutenue.

L'autre conduit à regarder le coeur crucifié comme étant l'image de Celui de Jésus-Christ dans lequel, dans l'amour duquel, si l'on veut, deux amis seront réfugiés, et qui, par Lui, espèrent rester unis jusqu'au ciel.

Il faut bien le reconnaître cette interprétation a pour elle : D'abord qu'elle répond au caractère et à l'une des formes de la piété de l'époque, car l'objet remonte au temps même où l'éloquent Olivier Maillard[3] dans les chaires de Paris, de Poitiers, et d'ailleurs, le Chartreux Lansperge[4] dans ses écrits ; et d'autres Maîtres de la Spiritualité conseillaient aux âmes de s'établir dans le Coeur de Jésus-Christ comme dans un refuge mystique, comme dans une demeure.

Puis, qu'à cette époque aussi — et j'en ai la preuve matérielle en mains— quand les artistes de tous genres voulaient représenter le coeur charnel de Jésus-Christ, six ou sept fois sur dix, ils le plaçaient, seul ou accompagné des autres saintes Plaies, sur le fût de la croix, donc en faisaient ainsi, sans métaphore aucune, un « coeur crucifié ». Or, les locutions courantes dénoncent presque toujours Une fréquence d'impressions visuelles qui leur a donné naissance ; ce qui me fait penser qu'au XVIe siècle l'expression « Coeur crucifié » devait porter, de soi, toutes les pensées vers le Coeur blessé de Jésus. Le titre du livre L'exercice du Coeur Crucifié que le Franciscain poitevin, Pierre Regnart, écrivit à l'entour de l'an 1530, à Fontenay-le-Comte, ne s'oppose nullement à cette opinion, puisque l'auteur assimile dans ses pages, et même dans la gravure ornementale de son titre, le coeur de l'ascète franciscain au « Coeur "Crucifié» de Jésus-Christ.

Il me semble donc que la seconde des deux interprétations possibles de l'objet des vitrines de Cluny est plus satisfaisante que l'autre, et doit être retenue préférablement. C'est pourquoi, pour si énigmatique que soit l'aspect qui lui a été volontairement imposé par ses créateurs, je regarde ce petit monument d'amitié comme offrant une image, voilée il est vrai, mais réelle, et d'un intérêt particulier, du Coeur de Jésus-Christ.

Les médailles profanes, les jetons, l'emblématique héraldique les arts décoratifs de la même époque ne nous offrent-ils pas quantité d'autres rébus bien autrement bizarres ? Et nous n'en sommes plus à nous étonner que, dès le XVIe siècle, des hommes aient pu choisir comme écrin précieux, ou comme forteresse invincible de leur mutuelle affection le Coeur vers qui se tournaient alors, et depuis plus d'un long siècle, la pensée adorante et confiante du peuple chrétien.

Loudun (Vienne)

L. CHARBONNEAU-LASSAY.

[1] cf. Mgr. Barbier de Montault : Traité d'Iconographie chrétienne, T. I, p. 103[2]  A ne pas confondre avec les Goudon de la Lande, Comtes de l'Héraudière, poitevins, qui ont d'autres armes.[3] cf. Regnabit n° Novembre 1923 p. 301.[4] Id. p. 421.

 

Articles récents

Hébergé par Overblog